Pour lutter contre la stéatose ou aussi connu sous le nom de syndrome du foie gras, le régime méditerranéen comme mode de vie, reste le plus approprié.
Qu’ est-ce que la stéatose hépatique ?
stéatose hépatique signifie l’infiltration de graisse dans le foie, principalement sous la forme de triglycérides, accumulés au niveau des cellules hépatiques en quantités telles que dépasser 5% du poids du foie lui-même. Deux types de stéatose hépatique sont distingués : non alcoolique (NAFLD) et alcoolique. Facteurs de risque : surpoids et obésité. Ce sont les deux conditions qui prédisposent le plus au développement du foie gras ou de stéatose hépatique, qui se produit lorsque la quantité de graisse dépasse 5 -10% du poids de l’organe. Associé au foie gras, il peut également y avoir certaines conditions cliniques, telles que le diabète, et une augmentation des graisses sanguines : situations, tous, fortement influencé par un régime alimentaire et un mode de vie incorrect. D’autres facteurs prédisposants sont la composante génétique, la malnutrition et la consommation de certains types de médicaments.

Comment est le diagnostic de stéatose du foie ?
Les tests de référence pour le diagnostic de stéatosehépatique ou hépatiquesont des tests sanguins, en particulier les valeurs de transaminases sont étudiées (enzymes indiquées par les abréviations GOT ou AST et GPT ou AST). Cependant, pas toujours les transaminases élevées indiquent la présence de foie gras. Pour cette raison, le médecin peut prescrire un examen diagnostique supplémentaire, c’est-à-dire une échographie hépatique. Dans des cas particuliers, le médecin peut envisager d’autres examens plus appropriés, tels que la tomographie axiale (TDM), l’IRM ou la biopsie du foie.

Traitement préventif pour la stéatose hépatique
contrele foie gras, il n’y a pas de véritableremède pharmacologique, même si la recherche scientifique se concentre sur certaines approches telles que l’utilisation d’antioxydants, y compris lavitamine E, ou d’autres médicaments encore sous étude. En attendant les résultats des essais cliniques, la première bonne règle est l’amélioration ou la correction du mode de vie : c’est-à-dire la perte de poids, une alimentation saine etéquilibrée qui implique l’élimination ou la réduction des glucides raffinés (céréales, pâtes, riz, bonbons et sucres), augmentation de la consommation de fibres, réduction des graisses avec remplacement des graisses saturées avec insaturés, le renoncement à l’alcool et le tabagisme, une activité physique adéquate pratiquée au moins pendant 30 minutes par jour.

Les

règles d’or, en particulier diététique, pour la bonne prévention du foie gras il y a : Restes fondamentaux ‘bonne’ table. En général, il est bon : Choisissez des aliments à haute teneur en fibres et faibles en graisses saturées en faveur des aliments monoinsaturés et polyinsaturés. La préférence devrait également être donnée aux aliments à faible teneur en sucres simples. Cuisiner sans graisse ajoutée, préférant cuire à la vapeur, micro-ondes, grillés, grillés ou autocuiseurs, plutôt que de faire frire, frire ou bouillir de la viande. Prenez des fruits régulièrement, mais n’abusez pas des fruits les plus sucrés tels que le raisin, les figues, les kakis et les légumes. Évitez les périodes de jeûne prolongé et de consommer des repas réguliers (trois repas principaux et deux collations, mais pas avec de la malbouffe, mais une pomme, du yogourt) pour mieux contrôler le sentiment de faim et de satiété et réduire les pics glycémiques.

Aliments autorisés dans le régime alimentaire pour lutter contre la stéatose
Ne pas nuire au foie, et donc peut être introduit dans le régime alimentaire avec une plus grande tranquillité d’esprit : Poisson : de tous les types et en particulier le bleu (hareng, sardine, maquereau, anchois) en raison de leur teneur en oméga 3, consommant au moins trois fois par semaine. Il faut cependant se rappeler que les mollusques et les crustacés sont riches en graisses. Légumes crus et cuits : en portions abondantes pour fournir au corps des minéraux, des vitamines et des antioxydants. Particulièrement donner la préférence aux artichauts, la Catalogne, les herbes amères et la chicorée qui effectuent une action tonique et détoxifiante du foie, mais aussi de la salade ou des tomates. Les légumineuses fraîches ou séchées sont également fines, 2 à 4 fois par semaine, au lieu du deuxième plat. Fruit : au moins deux portions par jour. Préférez la saisonnière et limitez la consommation occasionnelle de fruits sucrés.

Glucides : le pain, les pâtes, le riz, l’avoine, l’orge, l’épeautre et d’autres glucides complexes à faible indice glycémique sont indiqués, avec la préférence pour les glucides complets, en quantités modérées. Lait et yogourt partiellement écrémé.

Viande : à réduire autant que possible ; de préférence blanc, de coupes maigres et privé de graisse visible et/ou de volaille sans peau, limitant la consommation de viande rouge à une semaine, en se rappelant que les personnes qui manquent de fer, comme les jeunes femmes en âge de fécondité, devraient accorder une attention particulière à inclure dans l’alimentation autres aliments riches en fer. Assaisonnements : également recourir à l’utilisation d’herbes aromatiques pour aromatiser les plats. Boissons : eau, thé, tisanes sans sucre sont indiqués.

Aliments à éliminer ou réduire au maximum dans l’alimentation pour lutter contre la stéatose : Parmi les boissons : alcool, y compris le vin et la bière ; spiritueux (liqueurs, schnaps, cocktails) ; boissons sucre (coca-cola, orange, thé glacé, jus avec sucre ajouté). Sucres en général : blanc et canne, éventuellement recours à des édulcorants. Mais aussi des bonbons (gâteaux, pâtisseries, biscuits, , des bonbons, de la confiture et du miel), fruits au sirop, fruits confits, moutarde aux fruits.

Graisses en général : graisses animales (beurre, fromages gras, saindoux, saindoux et crème riches en graisses saturées), mais aussi les graisses hydrogénées (trans) présentes dans la margarine et dans de nombreux produits industriels, plats cuisinés et fast-food. Aliments d’origine animale, tels que les abats, les saucisses à haute teneur en graisses saturées (salami, saucisse, mortadelle, parties grasses de viande). Mayonnaise et autres sauces transformées.

Règles comportementales
En cas de surpoids, éliminer les kilos en trop et normaliser la « taille », à savoir la circonférence abdominale, indicateur de la quantité de graisse déposée au niveau viscéral, principalement liée au risque cardiovasculaire. Les valeurs de circonférence de taille supérieures à 94 cm chez l’homme et 80 cm chez les femmes sont associées à un « risque modéré », les valeurs supérieures à 102 cm chez l’homme et 88 cm chez les femmes sont associées à un « risque élevé ».

Google search engine